423ème Section SNEMM de Salon & sa Région HISTORIQUE & ARCHIVES Retour site 423
Un peu d'Histoire depuis 1852 à nos jours.....
 Décoration spécifiquement militaire, la Médaille militaire compte au 1er janvier 2007 plus de 200 000 titulaires vivants. Depuis sa création, le nombre de décorés dépasse le million.  22 janvier 1852, Palais des Tuileries: Louis-Napoléon Bonaparte, encore président de la République, signe le décret de création d'une nouvelle décoration, la Médaille militaire destinée à récompenser " les soldats et sous- officiers de l'armée de terre et de mer " placés dans les conditions qui seront fixées par un règlement intérieur.            Le décret du 29 février 1852 en fixe les caractéristiques essentielles. La médaille sera " en argent et d'un diamètre de 28mm ". Elle portera d'un côté l'effigie de Louis-Napoléon avec son nom pour exergue et de l'autre côté, dans l'intérieur du médaillon, la devise "Valeur et Discipline". Le décret précise qu'elle "sera surmontée d'un aigle ".            La première remise de la Médaille militaire a lieu le 21 mars 1852 au Caroussel. Le général Canrobert qui commande la cérémonie présente les troupes rassemblées (6000 hommes) au Prince-président qui "par un sentiment que tout le monde a apprécié et qui montre le tact du Prince-Président, porte lui-même cet insigne qui allait orner la poitrine  des braves..."           Le Prince harangue la troupe figée au garde-à-vous:  " Soldats...     ...combien de fois ai-je regretté de voir des soldats et des sous-officiers rentrer dans leurs foyer sans récompense, quoique, par la durée de leur service, par des blessures, par des actions dignes d'éloges, ils eussent mérité un témoignage de satisfaction de la patrie!  C'est pour leur accorder que j'ai institué cette médaille... elle assurera 100 francs de rente viagère; c'est peu certainement, mais ce qui est  beaucoup, c'est le ruban que vous porterez sur la  poitrine et qui dira à vos camarades, à vos familles, à vos concitoyens que celui qui la porte est un brave...".           Puis, après un roulement de tambour, Louis-Napoléon remet la première Médaille militaire au Sergent Jean- François Forgues du 72ème de Ligne. Au cours de la cérémonie, 48 médailles sont attribuées. Le dernier récipiendaire est un artilleur: le canonnier Pointurier, 16 ans de service, 8ans de campagnes.            A partir de cette date, l'histoire de la Médaille militaire se confond avec l'histoire militaire et politique de la France. Après la défaite française dans la guerre contre la Prusse, Napoléon III et l'aigle impérial disparaissent de la médaille, respectivement remplacés par Cérès, un trophée d'armes et la mention "1870". En 1951, une nouvelle évolution marque la vie de la médaille Militaire: la mention 1870, perçue dorénavant davantage comme une référence à la défaite qu'à une évocation de l'idée républicaine, est supprimée. Elle est remplacée par une étoile.
Plus de 160 ans d’histoire
Initialement réservée aux sous-officiers et hommes de troupe, l'attribution de la Médaille militaire est, au fil des années, étendue.  Elle peut, entre autres et à titre exceptionnel, être attribuée aux maréchaux de France, aux généraux ayant été ministre, ayant commandé en chef ou ayant rendu des services exceptionnels à la Nation. Pour les généraux, seuls les Grand-croix de la Légion d'honneur peuvent recevoir la Médaille militaire. Elle peut également être remise à des personnalités françaises et étrangères.            Femmes décorées: de 1852 à 1871, neuf femmes, toutes cantinières reçoivent la Médaille militaire. La première femme décorée le 17 juin 1859 est madame Rossini, cantinière aux zouaves de la Garde.           Pendant la grande guerre, une seule femme, Melle Marguerite Coragliotti est décorée de la Médaille militaire, " dame téléphoniste, employée au central de l'état-major d'une armée, courageuse et dévouée, reste volontairement à Chalons, malgré les fréquents bombardements pour continuer à assurer son service; a été gravement blessée par une bombe d'avion dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1918, a déjà été citée."
Médaille militaire et emblèmes Les drapeaux desChasseurs du 3eme régiment de marche de Zouaves, du 2ème Régiment de marche de tirailleurs, du régiment d'infanterie coloniale du Maroc et du régiment de marche de la Légion étrangère, furent, à titre exceptionnel, décorés de la Médaille militaire pour faits d'armes durant la première guerre mondiale. En novembre 1983, le fanion de la 3eme compagnie du 1er Régiment de chasseurs parachutistes fut décoré de la Médaille militaire. Le journal officiel rappelle que "détachés auprès des éléments français de la force multinationale de sécurité à Beyrouth [ la compagnie] a été, le 23 octobre 1983, la victime d'un odieux et lâche attentat à l'explosif faisant 58 tués et 15 blessés parmi les 103 militaires de son effectif (...). Fidèle aux traditions du plus vieux Régiment parachutiste français et à sa devise " Vaincre ou mourir", elle a su donner une image exemplaire de l'armée française."
Plus récemment, les drapeaux de plusieurs grandes écoles de sous-officiers se sont vu remettre cette décoration.
Ils ont reçu la Médaille militaire Quelques grands chefs militaires: Berthelot, Béthouart,Bouscat, Cochet de Lattre de Tassigny, Foch, Gouraud, Joffres, Juin, Lacaze, Leclerc de Hautecloque, Lyautey, Montclar, Sarrail, Weygand...  Parmi les personnalités françaises: Monseigneur Feltin, archevêque de Paris, jean Moulin, chef du Conseil national et héros de la Résistance.  Parmi les personnalités étrangères: le Prince Charles de Roumanie en 1881, Albert 1er, Roi des Belges en 1914, le grand Duc Nicolas en 1915, Victor Emmanuel III, Roi d'Italie en 1917, le général Pershing en 1920, Winston Churchill, le général Eisenhower ou encore, à titre posthume, le président Franklin D.Roosvelt.
Accueil Accueil Histoire Histoire snemm snemm 423 423 Archives Archives Histoire Histoire